05/11/2009

Et on tuera tous les affreux

Auteur : Boris VIAN (1920-1959)
Parution : 1948
Appréciation : *

Lors d'une soirée en boîte de nuit, Rock Bailey est drogué et emmené à la clinique du docteur Schutz où on le forcera à faire l'amour avec une femme, ce qu'il refusera. Par la suite, il décidera avec ses amis de mener une enquête sur les expériences du docteur Schutz.

Roman lu dans le cadre du blogoclub.

Je n'avais jamais lu de roman de Boris Vian. J'ai choisi cet ouvrage pour son titre plutôt percurtant. Le mot affreux revêt différentes définitions. Je m'attendais à des personnages cruels, méchants. Finalement, le terme était à prendre dans le sens de laid. Quand je me suis rendue compte de cette différence, ma perception du roman a changé. Je m'attendais à une dénonciation d'un groupuscule chargé d'éliminer les affreux (les méchants) et je me suis retrouvée à lire un roman comique. J'ai lu que ce roman apparaît comme étant une dénonciation de l'eugénisme traité sur le mode de l'ironie mais les situations décalées, l'excentricité du docteur Schutz font de ce roman une oeuvre loufoque, humoristique.

1 commentaire:

GeishaNellie a dit…

J'ai déjà pris en note ce livre qui me semble assez ... étrange.