14/01/2008

Rêves de garçons

Titre original : Boy Heaven
Auteur : Laura KASISCHKE, américaine
Note : 7/10

A la fin des années 70, trois pom-pom girls quittent leur camp de vacances à bord d'une Mustang décapotable dans l'espoir de se baigner dans le mystérieux Lac des Amants. Dans leur inconscience, elles sourient à deux garçons croisés en chemin. Mauvais choix au mauvais moment. Soudain, cette journée idyllique tourne au cauchemar...

Roman léger qui se lit rapidement. Je fus vite embarquée par l'histoire (sans doute parce qu'écrit à la première personne - je trouve que l'immersion dans une histoire se fait plus rapidement par ce procédé ; le narrateur semble s'adresser directement au lecteur faisant de lui une sorte de confident). J'ai aussi apprécié le talent de l'écrivain pour avoir su transmettre les sensations de son héroïne.

En faisant des recherches sur cet écrivain, je suis tombée sur la critique suivante : [...] Il y a une grande cohérence dans l'oeuvre romanesque de Laura Kasischke : comment prendre conscience, concrètement, d'être en vie, alors que la vie elle-même est une succession de banalités se déroulant dans la blancheur aseptisée de la banlieue américaine ? Mais malgré au quotidien atone, à l'atrophie des sensations, des forces menaçantes grondent pour qui sait les entendre. Et les écouter, justement, est peut-être un moyen de se convaincre que l'on est vivant... Il est vrai que dans le roman Rêves de garçons, il y a plusieurs passages consacrés à ce sujet.

Je ne pense pas que ce livre devienne l'un des romans du siècle mais j'en ai apprécié la lecture.

3 commentaires:

florinette a dit…

Je pense faire la découverte de cet auteur avec "Un oiseau blanc dans le blizzard", que m’a conseillé ma bibliothécaire, mais je me note quand même celui-ci au cas où ! ;-)

goelen a dit…

j'ai envie de découvrir cet auteur mais plutôt avec le même titre que florinette

eireann yvon a dit…

Bonjour.
J'ai lu de cette auteur "Un oiseau blanc dans le blizzard" et "A suspicious river" et j'ai beaucoup aimé. Une plume à découvrir.
A bientôt.
Yvon.