04/02/2009

Ni d'Eve ni d'Adam

Auteur : Amélie NOTHOMB (1967 - ), belge
Note : 7/10

Stupeur et tremblements pourrait donner l’impression qu’au Japon, à l’âge adulte, j’ai seulement été la plus désastreuse des employés. Ni d’Ève ni d’Adam révélera qu’à la même époque et dans le même lieu, j’ai aussi été la fiancée d’un Tokyoïte très singulier.
Roman lu dans le cadre du challenge ABC 2009.
Il y a plusieurs années, Amélie Nothomb déclarait lors d'un entretien radiophonique qu'elle aimait rédiger des romans courts qui se lisent d'une seule traite. Défi qu'elle réussit pour chacun de ses romans : j'ai souvent lu ses romans en une seule lecture. Je suis une fidèle lectrice de ses romans : qu'il s'agisse de romans comme Hygiène de l'assassin ou de biographies romancées comme Stupeur et tremblements, j'ai toujours plaisir à lire cet écrivain.
Dans ce roman, j'ai apprécié les anecdotes tournant autour de la cuisine. Appréciant la cuisine japonaise, je salivais presque à la lecture de certains passages dédiés aux plats que son amant lui prépare. Le roman est aussi un hymne pour le Japon. Au fil des pages, l'auteur fait part de son amour pour ce pays et soulève une question : un pays est-il plus apprécié par un étranger ?

2 commentaires:

Lune de pluie a dit…

J'ai également beaucoup aimé ce livre et son "hymne" au Japon et je l'ai trouvé plein d'humour. Un pays est-il plus apprécié par un étranger? Grande question, il faudrait parfois se conduire dans son propre pays comme un étranger et en redécouvrir les beautés que l'on ignore souvent... J'ai moins aimé le dernier Nothomb.

Karine :) a dit…

Si je relis Nothomb un jour, je pense que ce sera avec ce roman. J'avais bien aimé Stupeur et tremblement et j'ai entendu dire que les deux livres avaient des points communs.